Coup d'envoi du prélèvement à la source, les premiers couacs ou comment éviter les erreurs

Coup d'envoi du prélèvement à la source, les premiers couacs ou comment éviter les erreurs

Après trois longues années de discussions autour du prélèvement à la source, la réforme vient enfin d’entrer dans sa phase opérationnelle.
Si la majorité des Français a bien compris globalement le principe de cette réforme fiscale, ils sont tout de même nombreux à avoir encore des inquiétudes notamment sur sa mise en place sur le plan pratique.
Gérald DARMANIN, ministre des Comptes Publics, en conférence de presse mardi 9 janvier, s’est voulu quant à lui rassurant dans ce premier bilan, se félicitant d’une mise en place du dispositif du prélèvement à la source « sans aucun bug ».
Le Ministère a dénombré au cours de la première semaine, quelques 818.000 appels transmis à l’administration fiscale, plus de 4, 8 millions de connexions sur le site impots.gouv.fr dont 1, 5 millions sur la rubrique « gérer mon prélèvement à la source » et 360.000 personnes se seraient déplacées dans les différents centres des finances publiques.
Alors oui cette mise en œuvre de la réforme n’est pas le chaos annoncé mais il n’en reste pas moins que les agents des impôts semblent commencer à être saturés et du côté des contribuables, on rencontre beaucoup de difficultés relatives à l’utilisation de l’outil de prélèvement à la source.
Et le manque de pratique en ce début d’année peut conduire à commettre des erreurs et des oublis.
Voici donc quelques petits conseils pour vous aider à faire vos premiers pas dans le prélèvement à la source.

Petits conseils pour éviter les erreurs

  • Si par exemple vous cherchez à modifier votre taux de prélèvement, qui est la manipulation la plus fréquente, sachez que vous ne pourrez pas le faire si vous n’avez pas au préalable saisi vos revenus de 2018.
  • De même que si vous connaissez un changement de situation, tel un mariage, un PACS, une naissance, un divorce …. Vous devez indiquer également vos revenus de 2018 ou ceux estimés en 2019 selon les cas, pour que l’actualisation de vos prélèvements puisse être effective.
  • Enfin, les salariés découvriront à la fin du mois de janvier leur première fiche de paie effectivement amputée du montant de leur impôt. Et ce n’est peut- être pas la découverte totale car certains ont déjà pu recevoir dès le mois d’octobre 2018, une fiche de paie dite de « transition » dont le but était quelques mois avant l’heure de visualiser les différentes modifications devant intervenir à compter du 1er janvier 2019. Vous y trouviez notamment une nouvelle ligne sous le Net à Payer simulant votre futur prélèvement à la source avec tout d’abord le montant mensuel de votre impôt sur le revenu puis le montant réel du salaire une fois l’impôt prélevé. (cf. notre article sur la fiche de paie de janvier 2019) Cependant pour les plus anxieux ce bulletin de salaire pédagogique a pu semer la confusion mais rassurez- vous, vous n’avez pas à ce moment-là été effectivement prélevé, il vous suffit d’ailleurs pour en être assuré (avant de contacter les impôts) de vérifier vos relevés de compte depuis octobre dernier et vous verrez que vous avez perçu votre salaire habituel.

Les services à contacter afin de mieux se renseigner

Bref ! Pour bien comprendre tous les mécanismes, un temps d’adaptation plus ou moins long est nécessaire et il ne faut pas hésiter à solliciter les services fiscaux qui sont, en cas de véritable blocage, les plus à mêmes de vous aider à effectuer les bonnes manipulations.
Pour ce faire, plusieurs solutions :
Par téléphone au 0809 401 401,
Par messagerie à partir de « mon espace particulier » sur impots.gouv.fr.
Ou physiquement auprès des guichets de l’administration fiscale.

Vigilance

En tout état de cause, pour éviter les erreurs, il est important de vérifier que les données personnelles du salarié telles que : le numéro de sécurité sociale et les informations d’état civil (noms, prénoms, sexe, adresse, date et lieu de naissance) enregistrées dans les bases de données de l’entreprise et transmises à la caisse, soient bien les bonnes. L’entreprise doit réclamer des justificatifs pour s’assurer de leur exactitude. Cette étape est cruciale pour s’assurer que les sommes prélevées au titre de l’impôt sur le revenu soient bien chargées sur le compte fiscal des salariés contribuables correspondants.

Par ailleurs, l’étape de l’embauche est elle aussi très importante et doit être déclarée au plus vite à l’administration afin d’optimiser la mise en œuvre du prélèvement à la source. En effet, si la communication des informations est retardée, cela risque de retarder l’envoi des taux par l’administration fiscale.

Et si vous souhaitez profiter du prélèvement à la source pour faire le point sur votre patrimoine, contactez votre service spécialisé dans le prélèvement à la source.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *